voiture en route dans les bois

Tout sur le pare-brise

 

Le pare-brise est un élément de sécurité et de confort. Mais c’est aussi, de plus en plus, un petit bijou de technologie. Comment est-il fabriqué, quelles sont ses caractéristiques, quelles applications pour le futur? Touring vous dit tout!

Vous le côtoyez chaque jour. Il vous protège des intempéries, du vent - sa première destination lorsqu'il fut inventé à la fin du 19e siècle - et des diverses projections qui pourraient s'avérer dangereuses. C’est le pare-brise. Mais saviez-vous que sa principale révolution est intervenue au début des années 1970, avec l’apparition du verre feuilleté?

Auparavant, les pare-brise n'étaient constitués que d'une seule couche de verre. On les disait "renforcés-trempés" mais un simple impact - un gravillon par exemple - à faible vitesse pouvait les faire éclater. Incrédule? Regardez cette  vidéo des archives RTBF sur les pare-brise.

Heureusement, les fabricants ont réalisé de notables progrès au cours des décennies suivantes...

 

Comment fabrique-t-on un pare-brise?

Aujourd'hui, tous les pare-brise sont heureusement en verre feuilleté. Le principe est simple: deux couches de verres sont "collées" à l’aide  d’un film plastique en butyral de polyvinyle (PVB), qui assurera la cohésion de l'ensemble. Même sous un fort impact, le pare-brise n'éclatera donc pas en mille morceaux.

Il existe aujourd’hui plusieurs types de pare-brise:

  • Le pare-brise athermique: il vous protège des rayons infrarouges et ultra-violets en les filtrant. Pas de perte au niveau de la visibilité pour les passagers mais une baisse sensible de la température de l'habitacle. Cela augmente le confort et diminue l'utilisation de la climatisation, avec un gain espéré sur votre consommation. Inconvénient majeur: la présence d’un film métallique - souvent en argent - dans le vitrage altère la capacité de réception, de votre antenne GPS, de votre avertisseur de radar ou même d’un récepteur du télépéage. D'où la présence d'une zone "noire" autour de votre rétroviseur.
  • Le pare-brise surteinté: prévu pour absorber l'énergie solaire et améliorer le confort de l'habitacle. Certains conducteurs voudraient obtenir plus d'intimité à bord en forçant l'assombrissement, mais le Code de la route s'avère très strict à ce sujet. En effet, apposer un film - même clair - est interdit. Vous pouvez toutefois apposer une bande pare-soleil qui ne peut pas être réfléchissante et son bord inférieur ne peut pas dépasser le bord inférieur du pare-soleil de l’habitacle lorsque celui-ci est rabattu contre le pare-brise.
  • Le pare-brise dégivrant: équipé de microfilaments métalliques chauffants. Permet de désembuer et/ou dégivrer très rapidement. Efficace mais certaines personnes sont sensibles aux effets "déformants" qui peuvent survenir la nuit, sortes de petits reflets dus à la lumière des phares/feux des autres véhicules.
  • Le pare-brise acoustique: une résine est appliquée entre les feuilles de polyvinyle pour absorber les vibrations et limiter la propagation des bruits vers l'habitacle.

Le pare-brise n'est pas seulement l'élément lié à la visibilité et à la protection des occupants, il joue aussi un rôle primordial dans d'autres domaines:

  • Le design: courbé, teinté, excentré, tout est désormais possible grâce à la maîtrise des fabricants. La surface n'a cessé de grandir, notamment avec l'émergence des monovolumes et des SUV. Ainsi, au cours de ces dix dernières années, la surface vitrée des voitures a augmenté de 15 % et le pare-brise représente à lui seul jusqu'à 30 % de l'intégrité structurelle. Notez qu'il y a des limites qui semblent infranchissables: en 2007, Opel a proposé un parebrise qui remontait jusqu'au-dessus de la tête des passagers avant. Cette "révolution" n'a pas connu le succès escompté, l'option a depuis disparu du catalogue.
  • La sécurité: Grâce aux récentes recherches, les surfaces vitrées employées dans les voitures permettent d'accroître la rigidité des carrosseries mais aussi la solidité de la structure! Quel autre meilleur exemple pour illustrer ce propos que ces immenses toits panoramiques qui font le bonheur des passagers de nombreuses autos familiales?
  • L'intégration des nouvelles technologies: La lecture "tête haute" (head-up display) des informations sur le pare-brise. Les caméras et radars logés au niveau du rétroviseur intérieur. Le détecteur de pluie et de lumière. La vision de nuit qui permet de projeter une image - caméra à infrarouge - sur le pare-brise. Toutes ces fonctions/ instruments existent déjà, ils réclament un pare-brise "personnalisé" et sans aucun défaut de fabrication.
  • Les émissions de CO2: non pas tellement pour la production du pare-brise mais parce que de grandes surfaces vitrées signifient un poids conséquent. Or, les constructeurs chassent les kilos superflus pour abaisser les consommations de leurs voitures. Les dernières recherches ont permis d'abaisser l'épaisseur du verre de 10% au cours des dix dernières années et ce, sans perdre une once de solidité.

 

Ce qui va révolutionner votre pare-brise

  • L'introduction d'un verre encore plus fin et plus résistant rendra les voitures de demain plus respectueuses de l'environnement. Un exemple frappant avec le "Corning's Gorilla Glass": un type de verre utilisé sur les tablettes et les smartphones, il équipe la BMW i8. Tout bénéfice pour de moindres consommations et l'imagination des designers!
  • Les prochaines innovations résoudront, notamment, les problèmes liés à l'éblouissement. Comme c'est déjà le cas dans certains avions, il sera possible de faire varier l'opacité du verre en fonction de la lumière solaire. Mieux, certains prédisent la possibilité d'intégrer des capteurs capables d'identifier où se trouve le soleil. Ainsi, le pare-brise pourrait obscurcir partiellement certaines de ses surfaces sans nuire au champ de vision du conducteur.
  • Le pare-brise jouera aussi un grand rôle dans la sécurité routière avec la réalité augmentée. La vision nocturne intégrée, les informations liées à l'état de la route, la signalisation, les conditions météo, le trafic... Tout cela non plus projeté sur la surface du verre mais directement intégré, comme s'il s'agissait d'un écran tactile d'ordinateur. Mais, patience, car si la technologie existe, la mise en œuvre prendra encore quelques années. Une question de coûts liés tout autant à la fabrication qu'à la réparation ou au remplacement...

 

Et les essuie-glaces?

Voilà un accessoire qui n'a pratiquement pas changé depuis des décennies! Disparaîtra-t-il? Rien n'est moins sûr. En effet, à l'heure actuelle, aucun traitement hydrophobe (qui rejette l'eau) n'est assez efficace pour être implémenté sur une voiture. Ni par le biais d'un verre spécial ni par l'entremise d'un produit spécifique. Un espoir? Le célèbre constructeur McLaren travaille sur un système utilisant des ondes sonores à haute fréquence pour dissiper les gouttes de pluie et remplacer les essuie-glaces... A suivre!

Ajouter un commentaire

Blog