caméras_radars

Caméras, radars, ne pas tout confondre!

De plus en plus de lecteurs nous demandent si les dispositifs du type caméras temporaires placées le long de nos routes sont autant de nouveaux radars? Qui fait quoi? Nous avons mené notre enquête.

Que ce soit en Flandre, en Wallonie ou à Bruxelles, vous les croisez désormais régulièrement. "Elles", ce sont des caméras et autres dispositifs de lecture de plaques placés sur nos routes et autoroutes. Mais, à la différence des radars, fixes ou mobiles, ces engins ne sont pas là pour verbaliser les excès de vitesses. La plupart du temps, ils sont dénués de toutes protections contrairement aux appareils laser type "Lidar" (acronyme de "light detection and ranging") installés temporairement par les autorités, le long d'une voirie. Une petite caisse pour la batterie, quelques câbles, un mat et la fameuse caméra, voilà pour le matériel des unités les plus rudimentaires. D'autres sont fixées de manière définitive sur des poteaux, au-dessus des ponts, etc.

A quoi tout cela sert-il? La plupart du temps, il s'agit de compter le trafic et de lire les plaques d'immatriculation sur un tronçon de route donné. Et ce pour différentes raisons:

A terme, certains de ces dispositifs permettront également de gérer les emplacements de parking sur les autoroutes. C'est ce qu'on nous confirme à la Sofico, société en charge des autoroutes wallonnes: "Avec ces caméras, nous pourrons identifier les différents camions, camionnettes, etc. Cela nous permettra de tenir les chauffeurs au courant, en temps réel, des emplacements disponibles. Et comme ces caméras sont capables de mesurer la vitesse des véhicules, elles entreront aussi dans de futurs développements pour les véhicules connectés. Grâce à cela, l'automobiliste saura, en permanence et avec exactitude, quelle est la vitesse imposée là où il est en train de circuler."

Mais ces caméras peuvent évidemment servir à surveiller le trafic et à intervenir plus rapidement en cas d'accident. Ces images peuvent également être enregistrées et servir éventuellement à la police dans des cas spécifiques comme celui d'un conducteur fantôme.

 

Comment distinguer une "simple" caméra d'un radar?

C'est avant tout une question d'apparence. En ce qui concerne notre propos - ces caméras qui ressemblent d'ailleurs à certains radars - l'absence de protection est l'élément le plus évident. Quand vous voyez un simple mât surmontant l'équivalent d'une grosse caisse métallique sans autre "armure", il ne s'agit pas d'un radar pour verbaliser. Le fait que ces installations soient momentanées peut aussi vous indiquer qu'il s'agit de matériaux destinés à la mesure du trafic. Là où cela se complique c'est quand il s'agit d'installations permanentes et que les caméras se ressemblent en tout point. Pensez plus particulièrement aux radars tronçons qui sont particulièrement développés en Flandre. Voici d'ailleurs la carte actualisée de tous les radars, présents et à venir.

 

Respecter les limitations

Tout ceci amène évidemment à une certaine confusion pour les automobilistes. Pour éviter toute mauvaise surprise, rien de mieux que de respecter les limitations de vitesse en permanence. Il faudrait toutefois que les autorités soient aussi cohérentes que possible quand il s'agit de fixer ces limitations et, surtout, de toujours bien l'indiquer. Ce qui est encore loin d'être le cas partout.