rafales de vents

4 manières d'affronter les vents violents sur la route

Le vent violent n’est pas chose rare dans notre pays. Or, ce peut être un ennemi sournois lorsque vous êtes sur la route, au volant et, plus encore, au guidon d’un deux-roues. Voici les conseils pour affronter pareilles intempéries…

Lorsqu’on évoque les dangers météorologiques sur la route, vous pensez sans doute à la pluie, au brouillard, au verglas, à la neige… Le vent? Peut-être pas! C’est pourtant un élément important dont il faut tenir compte lorsque l’on circule, que ce soit au volant ou au guidon de son véhicule. "Ce n’est certes pas l’élément le plus fréquent dans nos statistiques d’accidents - nous dit Benoît Godart, porte-parole de Vias – mais c’est un facteur aggravant". À la lecture des chiffres cela donne 0,4 % des accidents corporels (blessés) et 1 % des personnes décédées en 2017. Mais la gravité de ces accidents par grands vents (risque d'être tué) est proportionnellement beaucoup plus importante que dans n'importe quelles autres conditions météorologiques.

 

Les pièges liés aux rafales

Pour 1.000 accidents corporels entraînant le décès (dans les 30 jours):

Conditions normales    18,4
Pluie              19,6
Brouillard (visibilité de moins de 100 m) 22,4
Vent violent, rafales 43,9
Chutes de neige 20,1
Grêle                19,6
Autres (fumée épaisse,...)   25,7
Causes inconnues, indéterminées 9,8

 

Autre enseignement intéressant des statistiques de Vias: ce sont les voitures qui sont majoritairement concernées par les accidents dus aux rafales. Pour vous faire une idée, sur 500 accidents (chiffres entre 2014 et 2016) il y a eu:

1 Voitures 321
2 Vélos  57
3 Cyclomoteurs 36
4 Piétons    35
5 Camionnettes 19
6 Motos        17
7 Camions 7

 

Quand le vent souffle fort, vous remarquez immédiatement ses effets sur votre conduite. Ces conséquences sont bien différentes suivant votre mode de transport.

 

Vous circulez à pied? Attention aux chutes

Outre le risque important d'être déséquilibré - surtout pour les personnes plus fragiles -la chute fait partie d'éventuelles conséquences. Une chute qui pourrait devenir dramatique si vous marchez au bord d'une chaussée au trafic important. La chute de branches ou d'objets divers – que vous soyez en ville ou à la campagne – est également un facteur dont il faut tenir compte.

 

Vous circulez à vélo? Portez un casque!

En équilibre sur deux roues, les rafales sont évidemment vos ennemies! Suivant la force du vent, il faudra peut-être renoncer temporairement à votre déplacement. Non obligatoire mais encore plus conseillé qu'en temps normal, le port du casque. Tant pour limiter les conséquences en cas de chute que d'éventuels objets/branches projetés dans les airs.

 

Vous circulez à moto? Restez calme

Par rapport au vélo, vous serez "aidé" par le poids de votre machine mais pas à l'abri pour autant. Adaptez votre vitesse en fonction des circonstances. Conduire une moto par grand vent demande calme et attention. Le plus "étonnant" c'est de rouler avec un vent latéral qui vous oblige à tenir une relative inclinaison. Là aussi, méfiez-vous: en doublant un camion, en passant devant une "protection" (arbres, bâtiments…), tout cela va modifier le flux venteux. Un seul conseil: ne vous crispez pas au guidon! Le bas du corps doit "coller" à la machine alors que les épaules doivent être détendues pour réagir rapidement aux changements de conditions.

 

Vous circulez en voiture

Bien à l'abri sous votre carrosserie, votre position est certainement plus enviable que celle d'un cycliste ou d'un motocycliste, surtout si les rafales s'accompagnent de fortes pluies. Le danger – outre les chutes d'arbres ou d'objets divers – viendra de votre vitesse et des différences de pression.

 

La vitesse sera un élément prépondérant sur l’autoroute. Il suffit parfois de passer de 120 à 100 km/h pour se sentir immédiatement plus en sécurité.

 

La différence de pression se fera lors d'un dépassement de camion, d'un passage sur un pont, de la sortie d'un "abri" (forêt, tunnel, bâtiment…). Si vous transportez des objets sur une galerie de toit ou des vélos, si vous tirez une remorque, voire une caravane, redoublez de prudence!

 

Comme pour la moto, gardez vos épaules détendues, ne vous crispez pas au volant. Le bassin bien calé au fond du siège, c'est cela qui vous permet de faire corps avec la voiture et d'anticiper ainsi ses mouvements.

 

Nos derniers conseils utiles

Même si c'est un phénomène relativement rare, le vent fort peut nuire à votre conduite et, en cas d'accident, provoquer de graves conséquences. Si vous devez circuler, peu importe votre moyen de locomotion, suivez ces règles:

  • Renseignez-vous sur les conditions météo.
  • Restez attentif mais détendu au volant/guidon.
  • Réduisez votre vitesse jusqu'à atteindre un réel sentiment de confort.
  • Anticipez les faits au croisement/dépassement de camions.
  • "Lisez" la route et ses pièges liés aux vents violents: forêts, sortie de tunnel, bâtiments, panneaux, etc.
  • Si les conditions de circulation sont trop dangereuses, postposez votre déplacement autant que possible.

Ajouter un commentaire